Dépannage à domicile – Le coup de l’artisan de quartier – Actualité

Dépannage à domicile – Le coup de l’artisan de quartier – Actualité
Dépannage à domicile – Le coup de l’artisan de quartier – Actualité

ACTUALITÉ

Dépannage à domicile

Publié le
23 juin 2024

Pour appâter leurs proies, souvent désemparées face à leur problème de plomberie, d’électricité ou de serrurerie, les entreprises de dépannage à domicile diffusent des messages rassurants… mais bidons. Nouvel exemple avec ce prospectus distribué dans l’est parisien.

Les dépanneurs à domicile ne savent plus comment se faire connaître… sans doute pour vous arnaquer ensuite ! Si les prospectus glissés dans les boîtes aux lettres ou laissés dans les halls d’immeubles ont leur faveur, ils savent innover pour vous persuader de leur sérieux. En témoigne ce tract diffusé notamment dans le 11e arrondissement de Paris. Un certain M. Dacosta, qui a pris soin d’utiliser un logo aux couleurs du drapeau portugais (photo), se présente comme « Votre technicien artisan de quartier situé à proximité de la mairie ». Il assure être disponible « 7 jours/7, 24 heures/24 […] pour tous les problèmes de plomberie, électricité, vitrerie, serrurerie, chauffage ». Un véritable homme à tout faire, qui conseille : « Enregistrez-moi [dans votre smartphone] sous travaux. » Mais, en remontant sa piste à partir du numéro d’immatriculation au registre du commerce inscrit sur le flyer, on découvre une réalité différente. L’adresse renvoie à une société de domiciliation installée dans le 6e, autrement dit une simple boîte aux lettres. Quant au dirigeant, il s’agit en fait de Holding DC, avec là encore l’adresse d’une société de domiciliation et une activité déclarée de « conseil pour les affaires et autres conseils de gestion ». Cette entité est en outre gérée par Gisette B., à la tête d’autres structures du même acabit. Tentons un appel comme client potentiel :

— Allo, Monsieur Dacosta ?

— Oui, lui-même (voix jeune et sans accent).

— Voilà, j’habite boulevard Voltaire. J’ai laissé mes clés chez moi. Si ma mère, qui a un double, ne peut pas venir me les apporter à mon travail, pourriez-vous venir ouvrir ma porte ?

— Oui, bien sûr.

(Après quelques précisions sur les prix, la conversation se poursuit.)

— Votre boutique est située où ?

— On est boulevard Voltaire.

— Dans ce cas, je peux passer chez vous pour faire un premier devis, consulter un catalogue de serrures s’il faut remplacer la mienne…

— Non, pas la peine. On fera ça chez vous…

Artisan de quartier, mon œil ! Tout comme la précision « Agréé assurances » apposée sur ledit prospectus… qu’on jettera directement à la poubelle.

Livres sur le même objet:

Harmonies économiques/Chapitre 10.,Informations sur cet ouvrage. Disponible à l’achat sur les plateformes Amazon, Fnac, Cultura ….

Consommation de la glace dans Paris.,Infos sur l’ouvrage. Disponible à CULTURA.

Principes d’économie politique/II-2-V-V.,Référence litéraire de cet ouvrage.

mutualite55.fr vous a reproduit ce post qui parle du sujet « Défense des patients ». Le site mutualite55.fr a pour but de publier plusieurs publications sur le thème Défense des patients développées sur la toile. La chronique est reproduite du mieux possible. Dans le cas où vous envisagez d’apporter des notes sur le thème « Défense des patients », vous êtes libre de prendre contact avec notre équipe. Il y aura plusieurs développements autour du sujet « Défense des patients » à brève échéance, nous vous invitons à naviguer sur notre site internet périodiquement.